L’ouverture des magasins le dimanche. Les conséquences

L’ouverture des magasins le dimanche est un débat qui dure depuis des années. Mais au delat de l’intérêt micro économique, quels sont les conséquences sur nos modèles de société.

Le débat sur l’intérêt de l’ouverture des magasins le dimanche existe depuis 10 ans, au minimum. On parle souvent de l’intérêt économique d’une telle mesure. C’est notamment le cas pour les zones touristiques. Mais plus globalement, l’ouverture des magasins le dimanche a un impacte global sur notre société.

Effectivement, l’ouverture des magasins, le dimanche, a un intérêt dans les secteurs touristiques. Ouvrir des commerces, à paris, en concurrence avec les autres capitales européennes, est une évidence. Il en est de même pour les zones côtières comme la Bretagne, qui bénéficient d’une activité temporaire, sur 6 mois de l’année. Mais au-delà, des ces cas particuliers, ouvrir les magasins le dimanche va avoir un impacte important qu’il faut prendre en considération.

De l’activité commerciale au dépend des petites structures

L’ouverture des magasins le dimanche ne bénéficiera pas à tous les commerces. Ouvrir le dimanche impose d’avoir une capacité libérer du temps de travail pour travailler cette journée. En effet, ouvrir un commerce le dimanche implique de dégager un temps sur cette journée, avec une majoration de salaire, bien sure. Mais dans le même temps, il faut libérer, à ce salarié, une journée de repos autre. Et c’est là qu’arrive la première difficulté. Si ces modifications sont possibles dans le cadre d’un grand groupe, d’un grand magasin, d’une grande surface, ce n’est pas possible pour un petit commerce. Les commerces indépendants se retrouveront donc dans l’impossibilité de suivre les grandes chaines, entre autre.

Dans le même temps, cette activité crée des flux financiers. Dans une économie globale, le circuit de ses flux financiers estargent dns une caisse extrêmement important. Et pourtant rarement pris en compte. Clairement, les recettes d’un commerce de proximité ou d’une petite enseigne vont être transformées en charges locales. C’est-à-dire en revenus, en frais, en loyers et en impôts. C’est donc de l’argent qui va être réinvestie localement. Quand je dis localement, je parle au niveau national maximum, en passant par la zone géographique du commerçant.

Dans le cadre d’une grande surface, les flux financiers n’utiliseront pas le même circuit. En effet, de façon générale, une partie des ces flux seront remontés vers le siège sociale du groupe ou, en redevance vers le siège de la franchise. Ces revenus sont ensuite répartis en charge d’approvisionnement et dividendes, qui sortent du circuit national de façon plus importante. Il en est de même du taux d’imposition des grands groupes qui, globalement, moins élevé que pour les commerçants indépendants.

Un gain d’activité au dépend des autre secteurs

Considérons que l’ouverture des magasins le dimanche soit bénéfique pour l’activité commerciale. Considérons que le dimanche crée un volume de vente supplémentaire, ce qui n’est pas prouvé. Nous devons nous poser la question de la répartition de ce gain d’activité. Car, au vu de ce que nous avons vu précédemment, seuls les grands groupes pourront bénéficier de ces flux financiers. Mais au-delà ; c’est toute une économie qui connaîtra une mutation. En effet, quand les gens ne vont pas dans les magasins ou les galeries commerciales, ils peuvent faire autre chose. Nous pouvons même penser qu’ils vont dépenser leur argent ailleurs. C’est le cas des cinémas, des parcs de loisirs, du secteur culturel, associatif, des loisirs divers comme le nautisme.

L’ouverture des magasins le dimanche aura donc un impacte sur d’autres secteurs de l’économie. Des secteurs qui emploient, investissent sur le marché national, et dans des activités diverses. Diversité très importante en économie pour faire face aux crises.

Le dimanche et les jours fériés. Un lien social

A une époque ou notre société est en pleine mutation, il est bon de parler de lien social. En effet, dans une société dématérialisée, ou la mobilité est devenue une règle et ou le temps travail a pris de l’importance, le lien social doit redevenir un sujet central. Plus qu’une idéologie un peu gauchisante et nostalgique, le lien social permet de créer de la sécurité.
Une sécurité sociale tout d’abord. En effet, conserver un week-end chôme, c’est garder un espace qui peut être réservé à la famille, aux amis. Conserver un moment pour la famille est important car cela permet de maintenir un lien entre parents et enfants, pour l’apprentissage, l’éducation de nos enfants, le lien familiale. Mais c’est aussi un lien plus caste avec la famille au sens large.

Mais pour aller plus loin, on peut aussi parler de sécurité au sens judiciaire. Comment peut combattre l’insécurité si, dans le même temps, nos société sont incapables d’accompagner certaines population au-delà d’un critère purement financier. De montrer que l’humain, et sa place sont important pour la collectivité. De montrer, aussi, que chaque individu est vous autrement que comme un producteur consommateur. Car dans les années à venir, et cela arrivera très vite, les robots sauront nous remplacer

Laisser un commentaire